Weblog du chef de la MITIC

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Infrastructures

Infrastructures de réseau à haut débit

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 13 avril 2010

Très haut débit : un enjeu pour la Corse.

foptique.pngLe 30 mars dernier, nous étions présents avec 190 collectivités et groupements à la rencontre organisée par l’association des villes et collectivités pour les communications électroniques et l’audiovisuel, Avicca, sur le très haut débit. Cette réunion faisait suite à celle organisée par l'ARCEP le 17 mars au cours de laquelle le développement du Très Haut Débit fut aussi à l'honneur.

Ces manifestations ont mis en évidence une mobilisation nationale autour du développement du Très Haut Débit (THD), présenté comme un enjeu tout aussi important que celui du plan téléphone à la fin des années 60 ou que celui du haut débit à la fin des années 90.

Le THD annonce une substitution massive des câbles de cuivre dans les foyers par de la fibre optique. Une trentaine de projets sont actuellement en cours dans les zones dites de type 1 c'est à dire les plus urbanisées donc les plus attractives pour les opérateurs.

Lire la suite...

lundi 19 octobre 2009

Point sur la problématique de l'extinction de la télévision analogique et sur la couverture TNT en Corse

Présenté au Comité Régional des Aides de ce jour

vendredi 16 octobre 2009

L'afsset recommande de réduire l'exposition aux radiofréquences.

afsset-grand.jpgL’Afsset (Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail) met a disposition une expertise relative aux radiofréquences.

L’agence recommande notamment une réduction des expositions du public aux ondes électromagnétiques et un développement de la recherche pour suivre les effets des ondes sur l'individu et réagir rapidement le cas échéant.

En effet il ressort des documents de l’Afsset l’existence d’effets des radiofréquences sur des fonctions cellulaires, rapportés par une dizaine d’études expérimentales considérées par l’Afsset comme incontestables.

Lire la suite...

jeudi 17 avril 2008

combler la fracture numérique : un défi pour les pouvoirs publics !

A l'heure où le réseau à haut débit pour la Corse permet d'ouvrir les premiers services haut débit triple play, la fracture numérique dans le domaine du haut débit doit pourtant rester au coeur des préoccupations des pouvoirs publics.
Le comblement de la fracture numérique reste pour les régions enclavées, marginalisées, au faible développement économique un sujet de préoccupation permanent au regard de l'évolution technologique. Loin d'une course effrénée au rattrapage technologique, il doit se poser comme une réflexion projet sur l'aménagement du territoire, son attractivité et sa compétitivité.

Lire la suite...

jeudi 6 décembre 2007

Enjeux numériques pour un développement durable des territoires

Porté par des collectivités territoriales, des sociétés de télécom, des opérateurs, des équipementiers et des associations professionnelles un manifeste pour le développement numérique des territoire veut attirer l'attention du gouvernement et du président de la République sur le formidable enjeu que va constituer le dividende numérique pour l'aménagement durable du territoire
Le manifeste défend l'attribution fin 2011 d'une partie du "dividende numérique" aux réseaux de télécommunications. Il défend aussi l'idée que sans cette attribution, la fracture numérique que l'on connait aujourd'hui ira inexorablement en s'amplifiant.

La Corse est particulièrement concernée par cette problématique.

télécharger le manifeste.
Accéder au site du manifeste.
Vidéo du journal du net expliquant la démarche.

lundi 10 septembre 2007

Zones blanches à haut débit : une préoccupation constante des maires de Corse.

Le combat contre la fracture numérique est loin d'être terminé !
Il n'y a pas un jour qui passe sans que la Mission des Technologies de l'Information de Corse ne soit sollicitée par un maire préoccupé par l'absence d'offre haut débit sur sa commune (Casabianca, Scata, San Gavino di Carbini, Ambiegna...).

Lire la suite...

mardi 19 juillet 2005

L'assemblée de Corse valide l'acquisition par la Collectivité Territoriale de Corse de câbles sous marin entre la corse et le continent

A l'issue de la session du 18 juillet 2005, l'assemblée de corse s'est prononcée favorablement sur l'acquisition par la CTC de câbles optiques sous-marins entre la corse et le continent.

Les câbles sous marins constituent des infrastructures essentielles pour le désenclavement numérique de l'île, ils s'inscrivent dans le droit fil de la politique d'aménagement numérique du territoire conduite par la Collectivité Territoriale de Corse (voir aussi premier billet sur ce sujet).

L'étude menée fin 2004 pour le compte de la MITIC par les cabinets Tactis et Idate a mis en evidence une opportunité d'acquisition de câbles sous marins civils dans le cadre du projet de la Direction Générale de l'Armement. De même le projet mené par EGS Corse nommé SARCO de raccordement de la Corse à la Sardaigne offre t'il l'opportunité pour la Région d'accéder à des fibres optiques.

Cette ouverture vers le Nord via le projet DGA et vers le Sud via le projet SARCO permet d'envisager que la Corse ne soit plus le cul de sac des réseaux nord européens mais devienne un noeud d'interconnexion dans le bassin méditérannéen.

L'assemblée de Corse a voté favorablement ce projet à l'exception du groupe nationaliste qui lui s'est abstenu.

mardi 12 juillet 2005

Licences WiMax et Collectivité Territoriale de Corse

L'ARCEP (ex-ART) vient d'annoncer ses décisions proposant le lancement de la procédure de délivrance des autorisations de boucle locale radio pour le WIMAX. La Collectivité Territoriale de Corse a toujours souhaité pouvoir disposer d'une licence WIMAX afin de mener à bien ses projets d'infrastructures de télécommunications notamment pour les zones rurales inaccessible par les réseaux filaires.

La procédure que recommande l'ARCEP se base sur un appel à candidature, puis au regard des réponses :

  • Dans les régions où une absence de rareté est constatée, l’Autorité délivrera les autorisations d’utiliser les fréquences au fil de l’eau des demandes reçues.
  • Dans les régions où la rareté des fréquences est avérée, une procédure de sélection au niveau régional. Les candidats seront alors départagés sur la base de trois critères : la contribution au développement territorial des services à haut débit, l’aptitude du projet à favoriser la concurrence sur le haut débit et le montant de la redevance que le candidat est prêt à payer dès l’attribution en plus de la redevance annuelle due au titre de la mise à disposition et de l’utilisation des fréquences de boucle locale radio.

Ainsi 22 procédures seront conduites pour l'attribution des licences en Région. La Collectivité Territoriale de Corse se positionnera certainement pour la Corse.

lundi 13 juin 2005

RENATER 4, une connexion à 2,5 Gbps pour la Corse.

Le réseau de la recherche RENATER passe désormais dans sa phase 4, RENATER 4 est son nom (voir communiqué de presse). Après une liaison à 155 Mbps pour la Corse avec RENATER 3, RENATER 4 offrira à la corse - d'ici novembre 2005 - une liaison à 2,5 Gbps soit 2500 Méga bit par seconde. Un évènement qui mérite d'être souligné tant dans le milieu de la recherche et de l'enseignement que dans le domaine de l'aménagement numérique de l'île.
En effet, ces 2,5 Gbps constituent un formidable canal de communication vers le monde de la recherche, il répresente un outil de valorisation, de promotion et d'efficacité essentiel pour la recherche, l'innovation et l'enseignement en Corse.
Encore faut il valoriser ce point d'accès du réseau de la recherche en Corse au delà de son point de présence à l'université de Corse !

Le réseau RETECOR plaque régionale devrait pouvoir retrouver une nouvelle vie en bénéficiant de ce gyser de connexion Internet et de l'arrivée prochaine de la Délégation de Service Public du réseau régional RHDCOR.

Il est essentiel d'envisager dès aujourd'hui une nouvelle vie pour le réseau RETECOR dont l'épine dorsale aujourd'hui à une capacité 1/2000 de celle fournit par RENATER 4. Cela est d'autant plus important que la plaque régionale associée à RENATER doit concrétiser une volonté régionale de positionner la Corse comme un acteur actif dans les domaines de la recherche de l'innovation et de l'enseignement.

jeudi 9 juin 2005

Le CNES expérimente le village communicant.

Le CNES expérimente le concept de village communication sur 4 sites en France dans le cadre de son programme i-space. Un expérience alternative très interessante qui s'inscrit dans une collaboration entre le CNES et la DATAR (en savoir +).

En Corse 6 expérimentations sont en cours, hors CNES mais dans le cadre d'un appel à projet de la Collectivité Territoriale de Corse. les déploiements sont en train d'être réalisés. Sous peu des retours de terrain permettront d'évaluer ces accès alternatifs au haut débit.

Les communes de Osani et de Zonza sont en cours de déploiement.
Le CIVU d'Altu di Casaconi a passé son appel d'offre.
Ascu et le Fium'orbu se préparent...

D'ici l'été, la MITIC souhaite que les déploiements soient opérationnels afin de faire la démonstration qu'il est possible d'accéder au haut débit dans les territoires très enclavés où les offres de type ADSL ne sont pas accessibles.

jeudi 12 mai 2005

Mesure CORSE'CONNECT en faveur des entreprises ne bénéficiant pas d'une offre d'accès internet de type ADSL

L'initiative CORSE'CONNECT illustre le travail en Commun de l'ADEC et de la MITIC en faveur du comblement de la Fracture Numérique pour les entreprises ne bénéficiant pas de l'accès à une offre internet de Type ADSL. En effet, le coût d'un accès alternatif via satellite à l'internet se révèle aujourd'hui en moyenne 6 fois plus cher qu'une offre ADSL équivalente. Ainsi l'Agence de Développement Economique de la Corse en concertation avec la MITIC a t'elle pris l'initiative d'enrichir la mesure CORSE'CONNECT adoptée en Décembre 2003 pour l'orienter en faveur du comblement de la fracture numérique des entreprises en milieu rural ne bénéficiant pas d'une offre de type ADSL.

Extrait du rapport adopté par le Conseil Exécutif de Corse et approuvé par l'Assemblée de Corse lors de la session d'Avril 2005 :
"il est aussi envisagé d’accompagner les entreprises du secteur rural situées dans les zones ne bénéficiant pas d’une offre d’accès à haut débit filaire (type ADSL) et devant faire face à des frais de connexion élevés par le recours notamment à des moyens alternatifs.''

Dans cette optique, il est proposé de modifier la mesure CORSE’CONNECT instituée par la délibération n° 03/372 AC de l’Assemblée de Corse. Cette modification est destinée à prendre en compte les frais de connexion des entreprises utilisant un moyen alternatif de connexion à haut débit dans l’attente du déploiement du réseau régional de télécommunication à haut débit : RHDCOR.

Cette aide s’inscrit dans le respect des dispositions du régime d’exemption communautaire instauré par le Règlement de la Commission européenne (CE) n° 69/2001 du 12 janvier 2001 en application des dispositions des articles 87 et 88 du Traité de l’Union européenne dit régime d’exemption de minimis qui plafonne à 100.000 €uros sur trois le cumul maximal d’aides non-notifiées que peut percevoir une entreprise. Cette mesure est crée pour une durée de trois ans.

Cette mesure consiste en une aide de 70% des frais de connexion (abonnement et frais de location de matériel) plafonnée à 5000 €uros par an. Cette mesure prendra fin le 31 décembre 2006.

Fracture numérique au coeur des préoccupations d'aménagement numérique du territoire Corse.

La Fracture numérique repose sur le mot « fracture » et suppose une séparation entre des personnes qui ont accès à l'information numérique, et d'autres, qui n'y ont pas accès ; il induit l'idée d'une barrière, dont un côté jouit par rapport à l'autre d'un avantage déterminant tant du point de vue économique, social que culturel. Dans une société de l'information emergente, la fracture numérique ne pourrait elle pas aussi signifier une fracture cognitive ?



Cette fracture numérique touche directement des classes sociales défavorisées mais aussi les territoires exclues des grandes zones de chalandises. En ce sens elle s'exprime de deux façons : sous l'ange des usages et de l'accès du citoyen aux services numériques, sous l'angle des infrastructures et de l'accès à une offre de haut débit.



L'angle infrastructure se révèle un préoccupation forte autour de laquelle s'articule dans un premier temps la politique d'aménagement numérique du territoire des collectivités.

Aujourd’hui, les collectivités peuvent revendiquer le poids de leurs actions en faveur de la réduction de la fracture numérique. La montée en puissance des acteurs publics sur le chantier du numérique, ou autrement dit la multiplication des acteurs sur le marché, a indirectement influencé l’accélération de la concurrence dans la sphère privée.(...)
Cependant, ce succès n’est que relatif car la « fracture numérique » a aujourd’hui un double visage : à la fois « technologique » car les différences d’accessibilité se maintiennent et restent fortement liées à des contraintes technico-économiques propres aux réseaux ; mais aussi en terme de « qualité de service » car la carte actuelle du dégroupage ne permet pas d’offrir la même diversité de services et de tarifs en tout point du territoire. Ainsi, les fractures se complexifient aussi bien en villes, en périphérie qu’en zones rurales. Un élu peut-il accepter que pour 30€ par mois, certaines villes aient accès au très haut débit, à la téléphonie gratuite illimitée et à la télévision, pendant que d’autres villes et d’autres territoires ne peuvent envisager, pour le même prix, qu'un accès limité à l’Internet. (source CDC)

En Corse l'approche infrastructurelle de la fracture numérique suscite la prise en compte d'une double problématique :

  • La fracture numérique entre la région Corse et le Continent,
  • La fracture numérique au sein des territoires de la Corse.

Aujourd'hui, le projet de la Collectivité Territoriale de Corse dans le domaine du haut débit vise à favoriser sur le Territoire Corse, le dégroupage ainsi qu'une offre universelle d'accès à haut débit pour l'ensemble de ses habitants.

C'est le sens du projet de Délégation de Service Public RHDCOR et des expérimentations internet dans les zones ne bénéficiant pas d'offre de type ADSL.
De nombreuses voix s'élèvent aujourd'hui et sollicitent la Collectivité pour bénéficier d'une offre à haut débit ("I tre Valli", Soccia, Alésani, ...).
L'objectif de la Collectivité Territoriale de Corse consiste à oeuvrer au quotidien pour résorber en Corse la fracture numérique.

 couverture de l'offre ADSL en Corse :

samedi 23 avril 2005

Câbles sous marin Corse Continent : un enjeu pour le désenclavement numérique de l'île

La MITIC assistée des cabinets TACTIS et IDATE mène actuellement une étude (cofinancée par la Caisse des Dépôts et Consignation) sur les liaisons sous marines entre la Corse et le Continent. Dans ce cadre, elle souhaite évaluer les liaisons existantes et les projets en cours afin de mesurer quelle implication la Collectivité Territoriale pourrait avoir afin de faciliter le désenclavement numérique de l'île et une diversité des offres sur les liens Corse Continent. La carte ci dessous présente l'environnement des câbles sous-marins en méditerranée et la desserte de la corse actuellement réalisée par deux câbles propiété de l'opérateur France Télécom.
Si deux câbles relient la corse au continent, il n'en est pas de même pour notre voisine, la Sardaigne, qui bénéficie de nombreuses liaisons. En outre, un projet nommé JANA dont la région sarde est partie prenante viendra compléter les liaisons existantes (en savoir plus, la délibération).
La Collectivité Territoriale de Corse ne veut pas rester inactive et s'interresse activement à la question du désenclavement numérique de l'île. Les résultats de l'étude permettront d'ici l'été de soumettre un plan d'action à l'assemblée de Corse..